fbpx

Si vous êtes comme moi, vous devez adorer les lundis, le mois de septembre, les retours de vacances et les 1er janvier. Vous savez, ces dates clés où on peut remettre les compteurs à zéro, reprendre avec détermination les mêmes résolutions qu’on se traine depuis 52 mois, et se dire que cette fois, pour de vrai, on va vraiment réussir à changer !

Et bizarrement on se retrouve encore une fois le dimanche suivant à se dire qu’on a vraiment merdé cette semaine. Mais bon,  comme on a trop de travail, qu’il pleut et que Donald Trump est un peu tendu avec la Corée du Nord, on a bien eu raison de manger les cookies, de fumer la cartouche de Gitane et de regarder les 13 épisodes de la Casa de Papel.

 

Réussir à changer nécessite de commencer à se prendre au sérieux

 

Le problème c’est qu’en faisant ça, on se laisse tomber chaque semaine et on réitère nos promesses en toute impunité avec une capacité à nous autoduper à faire pleurer Bernard Madoff. Or, si on y réfléchit bien, on n’accepterait jamais le 10ème de ce qu’on s’inflige à nous-même d’une autre personne. Et on aurait déjà fini seul et au chômage avec vos 17 chats à 27 ans si on avait osé se comporter comme ça avec notre entourage ou nos collègues.

Alors pourquoi nous manquons-nous autant de respect et sommes-nous si peu capables d’intégrité quand il s’agit de nous-même ?

 

Un des facteurs clé de succès du changement est notre aptitude à nous prendre au sérieux. Dès lors, tant qu’on persistera à se considérer comme une blague vivante, à se cacher derrière notre cynisme et se laisser atteindre par ce que les autres pourront penser de vous, on continuera à se négliger. 

 

L’enjeu dans le changement, c’est d’accepter de tourner une page et donc de laisser mourir un pan de son identité et de ses repères.

 

Ce qui est souvent compliqué socialement car vous venez perturber un ordre établi. Celui dans lequel tout le monde évoluait bien au chaud avec sa petite verveine-menthe. Vous étiez la meuf toujours partante pour boire des coups et sortir jusque 8h du mat et vous décidez soudainement de diminuer votre consommation d’alcool, de manger des brocolis et de vous coucher tôt.  En deux secondes, vous devenez alors le pire cauchemar de votre groupe, qui n’hésitera pas à vous faire remarquer que vous êtes devenue aussi chiante que le Tour de France.

 

Réussir à changer nécessite d’arrêter de vivre en fonction de ce que les autres vont penser de vous.

 

Pourtant, les personnes qui vous aiment vraiment auront envie de vous voir heureux et seront capables de s’adapter à votre évolution. Celles qui vous tirent vers le bas et qui vous empêchent de vous réaliser pour répondre à leurs propres besoins n’en valent finalement pas la peine. C’est donc pour cela qu’il est nécessaire de développer votre amour-propre et d’apprendre à vous considérer comme la personne la plus importante de votre vie.

 

Sinon, vous vivrez jusqu’à vos 107 ans comme un pantin sous le joug d’injonctions qui vous frustrent, de règles qui ne vous correspondent pas et des projections que font les autres sur vous. Mais pour cela, vous devez acquérir des qualités souvent considérées comme aussi diaboliques qu’un concert de Marilyn Manson en 1998 : le bon égoïsme, l’affirmation de soi, la fierté, la considération personnelle et l’amour-propre.

 

Vous ne pourrez pas aider les autres tant que vous ne vous êtes pas occupé de vous-même

 

Et même si votre but dans la vie est d’aider les autres, cela ne pourra avoir lieu que si vous êtes vivant, en forme, disponible, à l’écoute et en capacité d’agir. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si dans l’avion on nous demande de mettre notre masque à oxygène avant d’aider les autres. Car le seul moyen de pouvoir aider durablement et avec impact autrui est d’avoir subvenu en amont à ses propres besoins. Raison pour laquelle la seule règle pour réussir à changer, c’est d’accepter sans gêne d’être la priorité principale de votre existence.

 

Marc Aurèle de sa majesté de l’Empire Romain demandait à Dieu de lui donner la force d’accepter ce qu’il ne pouvait pas changer, la volonté de changer ce qu’il pouvait changer et la sagesse de pouvoir distinguer les deux. Dès aujourd’hui, je vous souhaite donc d’avoir la force d’accepter que vous ne pourrez pas plaire à tout le monde et la volonté d’apprendre à vous aimer suffisamment pour vous autoriser à changer et à vivre comme vous l’entendez.

Envie de passer la 5ème ? Découvrez mon programme intensif de 8 semaines de coaching en ligne : la formation confiance en soi Get Your Sh*t Together

Formation GYST confiance en soi - Carbone Theory
En savoir plus !
Charlotte Scapin

Charlotte Scapin

Charlotte Scapin est fondatrice de Carbone Theory et coach en développement personnel. Son objectif : vous faire passer de 1 à 100 sur l'échelle de la confiance en soi. Entrepreneure depuis 2015 et fan invétérée de Beyoncé et Jennifer Lopez, elle vous invite aussi à vous lâcher, arrêter de vous juger et vous assumer à travers ses RNB Therapy.

Leave a Reply