fbpx
0
Blog développement personnel

Comment Agnès, créatrice de Meufs Mortelles, a dégommé sa peur de parler en public ?

Par 13 mars 2020 mars 31st, 2020 One Comment

Besoin d’un shot de motivation ? Je te propose de découvrir le parcours d’Agnès, créatrice de Meufs Mortelles ! Prof de yoga et entrepreneure, j’ai eu la chance de l’accompagner dans le cadre de ma formation confiance en soi : Get Your Sh*t Together de septembre à décembre dernier. Et si elle avait déjà beaucoup travaillé sur elle, elle m’a contacté pour “dépasser sa peur de parler en public” et “mettre le turbo sur tous ses projets”.  Aujourd’hui présente en Lille, Paris et parée à transmettre le self-love et la libération des Meufs Mortelles en entreprise, difficile de croire qu’il y a encore quelques mois, la confiance en soi était un sujet problématique. Alors sans plus attendre, voici comment Agnès est passé de “j’avance au frein à main” à “I’m here to slay”….

Tu es la créatrice de Meufs Mortelles, est-ce que tu peux nous expliquer ce que c’est ?

 

J’aime bien dire Meufs Mortelles est un laboratoire d’expression féminine qui permet de redonner la parole aux femmes à travers des talks, un podcast et l’instagram @meufsmortelles. J’essaie vraiment d’adresser tous les thèmes qui peuvent toucher les femmes dans leur quotidien. C’est-à-dire l’entrepreneuriat, le développement personnel, le rapport au corps, les règles, la reconversion professionnelle etc… L’objectif c’est vraiment de décomplexer les femmes et de transformer les croyances qu’elles  peuvent avoir sur ce qu’il leur est possible de faire dans la vie. 

 

D’où t’es venue l’idée ?

 

L’idée m’est venue d’un cheminement personnel en lien direct avec mon parcours. Je me suis retrouvée à faire 5 ans de droit alors que mon rêve quand  j’étais plus jeune, c’était d’être présentatrice télé. Mais je croyais tellement pas en moi que j’ai jamais pris cette idée au sérieux… Et puis il y a trois ans, j’ai fait un premier cours de yoga et là ça a vraiment ouvert une boîte de Pandore. Je me suis rendue compte que les valeurs et croyances que j’avais intégrées n’étaient pas du tout les miennes. Mais surtout que je n’avais pas du tout consciemment choisi la vie que je menais. Je suis donc devenue prof de yoga, je me suis intéressée de près au développement personnel, à l’entrepreneuriat. Bref j’ai creusé à fond pour comprendre qui j’étais. Et même si c’est encore un travail quotidien, ça a complètement changé ma vie. A tel point que je me suis dit qu’il fallait absolument que je crée quelque chose pour transmettre tout ce que j’avais appris.

 

Aujourd’hui tu as presque 5000 abonnés sur Instagram et tu fais des événements à Lille et à Paris, comment tu es arrivée à ce résultat ?

 

C’est vrai que c’est arrivé vite ! Alors ça peut paraitre con à dire mais pour moi, le secret ça a été de me faire confiance et d’être totalement moi-même dans la manière de faire les choses. Ce que je dis tout le temps c’est que j’ai rien inventé d’exceptionnel. Ce que je dis, ce que je fais, c’est pas nouveau. Par contre,  je pense que ce qui m’a permis de me différencier et d’atteindre ce résultat ça a été de me concentrer sur la manière d’aborder le sujet. Souvent on parle du yoga, de l’entrepreneuriat et du développement personnel de manière un peu lyrique ou vieillotte. Moi j’ai pris le parti d’en parler de manière hyper décomplexée, directe et sans fioriture. Et comme c’est quelque chose qui me ressemble beaucoup et qui n’est pas calculé, je pense que les gens ont ressenti mon authenticité et que c’est ce qui a pu créer l’engouement.

 

Tu as rejoint la première promo de GYST en septembre dernier. Qu’est-ce qui t’as donné envie de participer ?

 

Je te suivais depuis un moment sur les réseaux, j’avais fait ton atelier “What would Beyoncé do ?” organisé par F Collective au Salon Professionnel de Lille l’année dernière. D’ailleurs j’interviens cette année à ce même événement pour donner un talk. Et si on m’avait dit, quand moi j’étais assise à t’écouter, que dans un an ce serait moi qui me retrouverait micro en main à parler, j’y aurais jamais cru. Mais bref, tout ça pour dire que le premier tilt que j’ai eu c’est quand tu nous avais fait faire notre échelle de valeurs en version rapide. Là je me suis dit que c’était vraiment ouf. Et comme j’étais déjà à fond dans ce mood avec le yoga, j’étais hyper curieuse de tout ce que je pouvais apprendre pour mieux me connaître et m’accomplir. Et vu que Get Your Sh*t Together et Carbone Theory était en totale adéquation avec ma manière de voir les choses, je me suis dit que ça ne pouvait que m’aider et je me suis inscrite direct.

Comment Agnès a dépassé sa peur de parler en public pour lancer Meufs Mortelles ? Carbone Theory, blog développement personnel et coaching

Y'a un an j'aurais jamais cru que aujourd'hui je serais en train de faire tout ça !

 Quel est le plus gros déclic que tu as eu pendant la formation ?

 

Un des plus gros déclic que j’ai eu concernait mon rapport au fait de se mettre en avant. Je critiquais tout le temps les personnes qui prenaient de la place. Je me disais qu’elles se la pétaient, qu’elles s’aimaient trop… Bref que c’était mal. Et y’a tout un module sur le jugement dans la formation où j’ai appris que ce qu’on juge chez les autres est toujours l’expression d’une insécurité personnelle. Donc en travaillant sur moi, j’ai compris que ce qui me dérangeait, c’était pas que la personne se mette en avant mais qu’en le faisant, elle me renvoyait que moi je n’osais pas être cette personne qui s’assume, qui s’en tape et qui est 100% elle-même sans se demander si ça va plaire aux autres. Et ça ça m’a réconcilié avec l’idée de prendre de la place tout en respectant ma personnalité. 

 

Comment tu as réussi à dépasser ta peur de parler de public et oser animer tous tes talks ?

 

Mon premier déclic a eu lieu pendant notre premier call. J’étais en train de monter Meufs Mortelles et de chercher une animatrice pour modérer mon premier talk. Au fond du fond de moi, je rêvais de pouvoir le faire mais je me disais “jamais de la vie” parce que j’étais complètement tétanisée à l’idée de parler en public.  Et ce premier call m’a permis d’avoir le déclic où je me suis dit “allez je me fous un coup de pied de cul et j’anime le talk”. Ensuite, tout le travail qu’on a fait sur les émotions m’a permis de réussir à me dissocier de mes émotions, de mes pensées et de mes ressentis. Et comprendre que je n’étais pas mes peurs a réellement permis de passer à l’action malgré leur existence.  

 

Puis il y a eu le travail sur les croyances où j’ai pu briser la version fantasmée que j’avais de moi-même et transformer mon rapport au regard des autres. Ce qui m’a notamment permis après un long et laborieux travail de comprendre que le seul moyen de faire l’unanimité c’était de ne rien faire. Et c’est en réussissant à associer “être critiquée = j’ai eu le courage d’agir” que  j’ai commencé à accepter d’être regardée et d’être un objet de jugement.

 

 

Comment tu résumerais à la Agnès de janvier 2019 ton évolution de l’année dernière ?

 

Y’a un an j’aurais jamais cru que aujourd’hui je serais en train de faire tout ça. C’est mieux qu’un rêve. Ce qui se passe c’est un truc de fou. Donc je commencerais par lui dire merci de m’avoir mise sur le bon chemin. Puis je lui dirais qu’il faut garder confiance, qu’il faut jamais arrêter d’apprendre et de comprendre pourquoi on est là. Je lui dirais de rester curieuse et de ne pas se satisfaire d’une place qui ne lui correspond pas. Et je lui dirais qu’à partir du moment où on comprend toutes les choses qui nous ont amenées à faire tout ce qu’on à fait jusqu’ici,  c’est-à-dire les émotions, les pensées, les peurs etc… Une fois qu’on comprend ça, on peut être maître de quelque chose qui est très difficile à expliquer mais qui te rend très puissant.

 

C’est quoi ton objectif de 2020 ?

 

Continuer de faire des talks et des podcasts. Puis développer mon agence créative qui s’appelle “Sans Poudre”. J’ai des marques qui ont commencé à m’inviter pour organiser des talks, leur créer des podcasts en marque blanche ou les conseiller sur leur prise de parole et communication. Tout ça c’est venu assez naturellement donc je suis hyper contente. Mon but c’est vraiment de pimper les entreprises et de les mettre à la page pour qu’elles réussissent à se connecter avec les gens de notre génération. Je suis aussi hyper déterminée à aller dans les collèges et lycées pour m’adresser directement aux jeunes filles. Parce que c’est elles qui feront les femmes de demain et qu’il est important de les accompagner le plus tôt possible.

Cours syndrome de l'imposteur Carbone Theory

TON MINI-TRAINING OFFERT 🎁

Comment Dégommer Ton Syndrome De L’imposteur ?

Un cours pour ne plus avoir peur de ne pas être assez légitime et réussir à poster tes covers de Céline Dion sur Youtube, demander ton augmentation ou de booker ta première conférence !

JE VEUX LE COURS !
Charlotte Scapin

Charlotte Scapin

Charlotte Scapin est fondatrice de Carbone Theory et coach en développement personnel. Son objectif : vous faire passer de 1 à 100 sur l'échelle de la confiance en soi. Entrepreneure depuis 2015 et fan invétérée de Beyoncé et Jennifer Lopez, elle vous invite aussi à vous lâcher, arrêter de vous juger et vous assumer à travers ses RNB Therapy.

One Comment

  • Bravo Agnès!!
    et merveilleuse aventure entreprenariale que tu as crée là.
    Un Chaman que j’aime beaucoup; Laurent Huguelit, relate dans son dernier livre Mère, que les Femmes sauveront le monde.
    Merci d’en faire partie et d’impulser le mouvement!!!

Leave a Reply