fbpx

Il y a deux semaines et demi, j’ai décidé de lancer un compte Instagram avec mes créations. Je vends mes propres bijoux. Ça marche plutôt bien, et je kiffe ! Je pense que c’est GYST qui m’a mise sur ce chemin-là. Ça m’a ouvert les portes et les yeux sur cette voie. Quand tu t’acceptes et que tu suis ta propre route, tu kiffes et tu t’en fous du regard des autres. Tu ne le fais pas pour les gens mais pour toi.

Marion, 31 ans, entrepreneuse

1-Quel était le problème que tu souhaitais régler en rejoignant GYST ?

 

J’étais salariée dans une entreprise à Paris et j’ai décidé de changer de vie. Je suis originaire du sud, j’y suis retournée puisque je suis partie vivre à Marseille. J’ai quitté mon poste de salariée pour créer ma boîte et lancer un centre d’électro-stimulation. J’avais besoin d’accompagner cette transition professionnelle. J’avais le souci d’apprendre à mieux me connaître parce que quand on travaille seul, on se retrouve face à soi-même. Je devais tout gérer ! Avant, je n’avais pas une grande confiance en moi. Mais quand tu es entrepreneur, tu dois savoir te vendre ainsi que ton projet. Je sentais que je pouvais m’améliorer sur ce sujet.

 

2-Que t’a apporté la formation ?

 

Ça m’a apporté beaucoup d’introspection, j’ai appris à comprendre mes émotions, à les apprivoiser mais aussi à les apaiser. J’ai compris que pour exister et être une bonne personne, je n’étais pas obligée de cocher toutes les cases d’une ‘vie parfaite’. Réussir à être soi-même, c’est déjà beaucoup ! Ça m’a vraiment permis de faire la paix avec pas mal de choses. Après, c’est un travail qui a pu être chaotique. Le stade d’éveil pendant la formation a été super, mais quand ça se termine, il faut réapprendre à vivre avec tous ces changements, ces évolutions. Car maintenant, j’ai intégré qu’il faut être à l’écoute de soi, ne pas s’oublier et aller chercher au plus profond ce qui nous fait du bien. Ce qui nous nourrit. Aujourd’hui, je récolte les bénéfices de la formation, après deux ans difficiles. 

 

Ça ne se fait pas en un claquement de doigts. C’est quelque chose qui se digère. Par exemple, l’entreprise que j’ai lancée, j’en avais envie pour monter un business et être à mon compte. Sauf qu’en fait, l’activité ne me plaît pas du tout. J’ai adoré monter cette boîte, créer une identité, construire la stratégie. Mais être coach en électro-stimulation à plein temps, ce n’est pas ce que je veux. Au début, tu as du mal à l’accepter, notamment à cause du regard des autres. Tu te dis qu’on va te prendre pour une capricieuse qui change tout le temps d’avis. Sauf que petit à petit, avec cette crise liée au coronavirus, je me suis reconnectée avec les choses que j’aime vraiment faire. Aujourd’hui, je crée des bijoux. C’est quelque chose que je faisais beaucoup petite. J’ai commencé pendant le premier confinement.

 

3-Quel a été le déclic le plus important que tu as eu pendant ces huit semaines ?

 

Le module sur le jugement et les masques. Ce sont vraiment deux sujets particuliers pour moi,  parce que ma vie était gérée par ça. Tu comprends alors que les filtres que tu t’imposes ne sont pas les tiens.

 

4-Peux-tu nous expliquer comment se manifeste ta transformation au quotidien ?

 

Ma transformation n’a pas été évidente au début pour mes proches. Avant, j’étais toujours à vouloir tout lisser pour que tout se passe bien pour tout le monde, quitte à me mettre au second plan. Après la formation, j’ai décidé de dire non quand j’en avais envie. De m’écouter. Ça a été difficile à comprendre pour mon entourage proche. S’en est suivie une période un peu dure. On me reprochait un peu ce changement.

 

5-As-tu accompli quelque chose qui te paraissait complètement impossible avant de faire la formation ?

 

« Il y a deux semaines et demi, j’ai décidé de lancer un compte Instagram avec mes créations. Je vends mes propres bijoux. Ça marche plutôt bien, et je kiffe ! Je pense que c’est GYST qui m’a mise sur ce chemin-là. Ça m’a ouvert les portes et les yeux sur cette voie. Quand tu t’acceptes et que tu suis ta propre route, tu kiffes et tu t’en fous du regard des autres. Tu ne le fais pas pour les gens mais pour toi. »

 

6-Quel conseil peux-tu donner à ceux qui hésitent à rejoindre la formation ?

 

Il y a un côté très actuel et moderne dans la façon dont Charlotte aborde les sujets, notamment à travers ses supports. Aujourd’hui, la forme est très importante. Presque autant que le fond. On vit dans un monde de plus en plus visuel, on est né là-dedans. Pour faire un premier pas dans le développement personnel, c’est idéal. Quand on suit la formation, on rentre en profondeur, ça ouvre les portes pour derrière, aller encore plus loin. GYST est unique en son genre. Et puis la personnalité de Charlotte est hyper importante dans la formation. Elle est disponible et flexible. Surtout, elle a le bon ton : elle est bienveillante, et en même temps, elle sait nous mettre un coup de pied au cul quand on en a besoin !

Charlotte Scapin, fondatrice Carbone Theory, blog coaching et développement personnel

TON WEBINAIRE OFFERT 🎁

Apprendre à se connaître avec l’échelle de valeurs

Un cours pour créer ton échelle de valeurs, outil surpuissant de coaching pour comprendre comment tu fonctionnes. Imparable pour savoir pourquoi tu procrastines et pourquoi tu préfères mater 7 épisodes de Friends plutôt que de plancher sur ton business plan ! 😊

JE VEUX LE COURS !

Leave a Reply