fbpx

Est-ce qu’il vous arrive souvent de commenter la vie de tout le monde ? De donner votre avis alors qu’on ne vous l’a pas demandé ? Ou de juger les autres quand ils ne partagent pas votre point de vue ? Si vous êtes normalement constitué, vous répondrez forcément oui à l’une de ces questions.

En effet, juger les autres est quasiment aussi naturel qu’avoir envie de vous ruer sur une bière après le travail ou de pleurer devant Les Maçons du Coeur. C’est un mécanisme de défense qui permet de se conforter dans son identité, de valider son système d’interprétation et de se rassurer sur la manière dont on choisit de vivre notre vie.

Mais le problème c’est que ça nous amène à justifier notre propre valeur en dénigrant celle de la personne que nous jugeons.

 

Juger les autres est le mécanisme de réassurance préféré de votre ego

 

A l’origine de tout ça se trouve l’ego, c’est-à-dire la conscience de soi en tant que sujet.  Et pour faire simple, l’ego existe et se renforce dans l’opposition. Car c’est en s’opposant qu’on se différencie et qu’on se sent exister comme sujet indépendant.

Le jugement est donc un outil adéquat pour exprimer ses désaccords, ses prises de positions et justifier son individualité. Mais le jugement n’est autre qu’une solution provisoire qui apaise sur le court-terme.

C’est comme regarder 4 saisons de Breaking Bad d’un coup quand avez passé une mauvaise journée. Ca calmera votre anxiété sur le moment mais ça ne vous aidera pas à régler le fond du problème. Et le fond du problème, c’est qu’on a justement une blessure non-réglée avec l’objet de notre jugement.

 

Je vous explique. Par exemple, en commençant Empowerment Lab, j’avais un gros problème avec Instagram et le fait d’avoir un blog. Je jugeais ça comme hyper superficiel et me sentais vraiment justifiée dans mon jugement. Parce ce que je considérais que poster des photos de soi à longueur de journée était une solution de facilité qui n’avait aucune valeur ajoutée et ne méritait pas de rentrées d’argent.

Ce jugement me permettait de me conforter dans un certain sentiment de supériorité. Je me sentais plus intelligente et surtout plus méritante puisque je ne succombais pas aux sirènes du paraitre et de la mise en scène. Et donc, le jugement fonctionnait ici comme une fracture. Comme un moyen de dire « je ne fais pas partie de cette catégorie » et de me prémunir d’être accusée de superficialité. En gros je juge donc je ne suis pas.

 

Le jugement vous permet de mettre le doigt sur des blessures non-réglées.

 

Ressentir le besoin d’affirmer que je ne suis pas superficielle en jugeant ceux qui me semblaient l’être, sous-entend que j’ai besoin de me prouver (à moi-même et aux autres) que je ne suis pas superficielle.

Ce qui signifie qu’au fond de moi, je doute encore de mon intelligence, de mon intégrité et de ma valeur ajoutée. Et pour cela, le jugement est un formidable curseur pour mettre le doigt sur les croyances qui vous limitent et qui vous empêchent d’être pleinement vous-même.

 

Pour moi, ayant été élevée par un père qui a fait énormément de sacrifices pour réussir, j’ai grandi en croyant dur comme fer que la réussite était un chemin de croix. Et qu’elle n’était méritée que dans la difficulté, l’effort et l’adversité.

Donc, en prenant le raccourci, mon jugement se basait sur la croyance que toute réussite qui n’est pas difficile n’est pas méritée. Ce n’est qu’en prenant conscience de cette croyance que j’ai pu transformer mon rapport à la réussite et ne plus associer la communication à la superficialité.

Et c’est là que c’est magique, car comme votre blessure initiale est guérie, la possibilité de devenir objet de jugement ne vous atteint même plus. Ce qui vous permet de développer un sentiment d’acceptation tellement apaisant que vous avez l’impression que votre tête s’est transformée en fontaine Natures & Découvertes.

 

Les jugement les plus courants chez mes clients

 

Dans le cadre des coachings individuels, j’ai pu me rendre compte que certains jugements trustaient particulièrement le TOP 10 du Hit Machine. Mais surtout qu’ils étaient aussi difficiles à désincruster qu’une croûte de lasagne sur le rebord d’un plat. Voici un petit millésime des jugements les plus répandus sur lesquels j’ai eu l’occasion de travailler :

 

  • L’individualisme : « c’est hyper malpoli de faire passer ses besoins avant ceux des autres ».
  • La sexualité : « je sais que c’est mal mais je considère les filles qui n’ont pas d’attache et couchent avec plusieurs mecs comme des salopes ».
  • L’argent : « je n’arrive pas à demander de l’argent pour mon travail ».
  • L’apparence physique : « je me sens incapable d’aller à la plage avec 10 kilos en trop, tout le monde va penser que je suis dégoutante ».
  • La paresse : « le seul moyen de me sentir compétente c’est de tuer au travail ».

 

L’objectif est donc de vous affranchir de ces jugements  en transformant les croyances qui en sont à l’origine. C’est ce qui vous permettra d’arrêter de vivre sous leur dictature et de reprendre le contrôle. Parce que le problème c’est qu’en restant buté sur ses croyances et en ne les remettant jamais en question, on finit par se construire dans leurs limites quitte à s’empêcher de devenir ce qu’on aurait envie de devenir.

Dans mon cas,  mépriser les réseaux sociaux et l’autopromotion par peur de passer pour superficielle et égocentrique, c’est me tirer une balle dans le pied.  Car puisque 70% de mes clients viennent d’Instagram, je compromets automatiquement les chances de réussite de mon entreprise

 

Arrêter de se juger, c’est se donner l’espace nécessaire pour devenir la personne qu’on a envie de devenir

 

Et pour cette raison, le non-jugement est un outil hyper puissant de libération et d’émancipation personnelle et collective. Parce qu’arrêter de juger, c’est se laisser la possibilité de voir plus loin, d’explorer au-delà de ses propres frontières, d’expérimenter, de cultiver sa singularité et de  vivre selon ses propres codes. Comme l’explique Gabrielle Bernstein dans son superbe livre The Judgement Detox, arrêter de juger est le meilleur moyen de faire disparaitre votre rancœur. C’est ce qui transforme l’agression en compassion et la résistance en créativité.

Mais c’est aussi une aventure collective puisque faire ce travail de non-jugement est une mesure radicale qui dépollue l’espace public.  Ca crée un lieu de liberté et d’expression inédit où l’on permet aux autres d’exister pleinement sans notre aval. Car c’est bien de ça qu’il s’agit. Comprendre qu’on n’a aucune permission à donner sur la manière dont vivent les gens. Sortir du schéma d’infantilisation dans lequel nous nous inscrivons trop souvent et qui consiste à croire que nous savons ce qui est mieux pour les autres. Car ce qui est certain, c’est que le non-jugement est un mode de vie qui ne s’arrête pas aux portes de notre tête. Et que s’autoriser à devenir pleinement soi-même nécessite aussi de balayer devant sa porte pour permettre aux autres d’en faire de même.

Tu n’arrives pas à demander ta rupture conventionnelle, lancer ton podcast ou te couper les cheveux par peur du regard des autres ?

Tu as tellement envie de réussir et d’être aimée de tout le monde que tu finis paralysée par des émotions négatives comme le stress, la culpabilité et la peur de l’échec ? I got you babe ! 😉

Je t’offre le ebook “Maîtriser ses émotions” de ma formation confiance en soi Get Your Sh*t Together.

Formation confiance en soi - Maitriser ses émotions, pdf gratuit
Oh non… Ce formulaire n’existe pas. Retournez à la page pour gérer les formulaires et sélectionnez une formulaire différente.
Charlotte Scapin

Charlotte Scapin

Charlotte Scapin est fondatrice de Carbone Theory et coach en développement personnel. Son objectif : vous faire passer de 1 à 100 sur l'échelle de la confiance en soi. Entrepreneure depuis 2015 et fan invétérée de Beyoncé et Jennifer Lopez, elle vous invite aussi à vous lâcher, arrêter de vous juger et vous assumer à travers ses RNB Therapy.

Leave a Reply