fbpx
0
Blog développement personnel

3 exercices de développement personnel pour apprendre à dire non

Par 1 septembre 2020 No Comments

« Pour dire oui, il faut pouvoir dire non. » Merci François Mitterrand de si bien résumer l’essence de cet article. Pour se permettre un oui franc, empli de certitude et de positivité, il faut être passer par un non ferme pour pouvoir s’affirmer comme il se doit. Lorsqu’on est capable de dire franchement ce que l’on ne veut pas, on empêche l’autre de nous envahir et ainsi, on est en accord avec ses désirs, ses valeurs et sa volonté profonde. Facile à dire, mais en pratique, on fait comment ? Voici 3 exercices de développement personnel pour apprendre à dire non.

#1 Hiérarchiser les non

Vous n’arrivez pas à dire non ? Dans ce cas, faites une liste de toutes les personnes à qui vous avez du mal à refuser quoi que ce soit, et ce, par ordre croissant. On commence donc de façon soft, pour finir avec les gros challenges. Un à un, tentez pas à pas de dire non à toutes ces personnes comme si vous escaladiez le Mont Blanc : par palier. Oui, l’effort est intense, mais la vue est magnifique là-haut ! Vous verrez, plus vous direz non, de façon affirmée, plus ce sera facile par la suite. Et je peux vous dire que savourerez le moment où vous vous accorderez enfin un grand oui !

#2 Arrêter de s’excuser quand on dit non

Le problème, c’est que lorsqu’on essaye en permanence de s’excuser de dire non, en s’emmêlant dans des salamalecs et en cherchant des explications à notre refus, on crée du doute chez notre interlocuteur. C’est une preuve que l’on hésite, que l’on est pas sûr de soi. Il faut donc oublier toutes les formules du type « je suis désolée mais non. » Ou « Malheureusement, je pense que je ne pourrai pas. » Ou encore « j’aurais préféré te dire oui, car je n’aime pas trop dire non, mais je suis dans l’obligation de te dire non, et ça me rend malade. » STOP. Un « non », ferme, cash, sans sourciller. Il passera beaucoup mieux et votre interlocuteur verra qu’il a affaire à quelqu’un de sûr de lui qui sait ce qu’il veut.

# 3 Proposer une alternative

« Non à la guerre en Irak. Alors pourquoi pas une guerre en Russie alors ? » Alors, non, calmons-nous ! Ce serait plutôt : « Non à la guerre en Irak. Peut-on trouver un terrain d’entente ? On peut vous donner du pétrole ou de l’uranium en échange ? » Bon, au-delà de la petite blague, c’est bien l’idée. Si le refus est ferme, il n’empêche pas pour autant de trouver un terrain d’entente et d’offrir à son interlocuteur une porte de sortie qui convient aux deux parties. C’est une façon de montrer que nous sommes de bonne foi et que notre refus est réfléchi puisque nous avons même l’expertise de proposer une autre solution. Votre patron veut vous forcer à accepter un projet dont vous n’avez absolument pas le temps de vous occuper ? Proposez-lui de le donner à l’un de vos collègues talentueux qui s’ennuie comme un rat mort depuis des mois.

Allez on s’entraîne, on inspire, on gonfle la poitrine et on fait claquer bien fort sa langue : NON

Et si vous n’y arrivez toujours pas, il y a toujours le livre 50 exercices pour savoir dire non

Charlotte Scapin, fondatrice Carbone Theory, blog coaching et développement personnel

TON WEBINAIRE OFFERT 🎁

Apprendre à se connaître avec l’échelle de valeurs

Un cours pour créer ton échelle de valeurs, outil surpuissant de coaching pour comprendre comment tu fonctionnes. Imparable pour savoir pourquoi tu procrastines et pourquoi tu préfères mater 7 épisodes de Friends plutôt que de plancher sur ton business plan ! 😊

JE VEUX LE COURS !

Leave a Reply